Une collection éphémère en série limitée pour une insertion durable des artisans réfugiés

De l’univers maison aux accessoires de mode, cette nouvelle collection Traits d’union 3 est d’une richesse foisonnante. Ces objets symbolisent le passage entre La Fabrique NOMADE et le monde professionnel et annoncent l’ouverture d’un nouveau chemin, un lien entre leur histoire et leur avenir d’artisan en France. Permettre aux artisans de reprendre leur métier, trouver leur juste place dans la société et donner un nouveau sens à leur vie après l’exil, voici les valeurs de cette nouvelle collection Traits d’union 3.

FADHILA KLICH, couturière tunisienne
ÉLIZABETH L’ÉVEILLÉ, designer

Zahra est une série de broches florales figuratives ou abstraites qui viennent en toute délicatesse sublimer votre tenue. Fadhila Klich élabore ses compositions en intervenant directement sur la trame et l’architecture des tissus. Pour ce faire, elle emploie diverses techniques minitieuses? elle manipule, effiloche fil après fil, pique, coupe, plisse pour donner formes au textile.

BURHAN HUSSEINI, Lissier afghan
JULIE FIGUEROA ZAFIRO, designer

Ce tapis est une pièce unique de création contemporaine, qui mêle la technique de la tapisserie kilim et celle du tapis noué qalin. À travers un jeu d’imbrication de formes, textures, couleurs et subtils volumes, ce tapis sert à créer un espace de retrait, sur lequel on s’assoit, s’allonge, on s’offre un temps pour soi et pour se retrouver.

FAYUN YANG, céramiste, dinandier chinois FLAVIA DE LAUBADÈRE, designer Deux disques de cuivre travaillés au feu, ornent la tête de ce vase en faïence noire moulée puis sculptée. La patine du cuivre et l’émail appliqué sur les motifs sculptés font de ce vase un jeu de reflets.

JEANNETTE ENAKU, bijoutière togolaise
ESTELLE BERGER et ÉMILIE HIRAYAMA, designers

Jeannette a exercé pendant 25 ans. Elle sait filtrer les métaux, déterminer le carat, fondre l’or et le polir. Elle fabrique des chaines, des bagues, des alliances, des bracelets et des boucles d’oreille manuellement en or et en argent. Elle a appris en apprentissage chez un maître bijoutier pendant 3 ans, puis elle a travaillé chez un artisan. Elle fabrique les bijoux à partir de modèles qu’on lui donne.

SANA SANYANG, ébéniste gambien ALFREDO DA SILVA, designer Depuis tout petit, il s’amuse à fabriquer toutes sortes d’objets en bois. Son oncle remarque cet intérêt et voit en lui un certain talent. À l’âge de 15 ans il est confié à un maître pour apprendre le métier. Il confectionne notamment  le mobilier pour des hôtels. Il travaille ensuite en parallèle à son propre compte, et enseigne son métier à 4 autres jeunes dans son atelier pendant 3 ans.
WADIE HADDAD, vannier, menuisier syrien
THIBAUD KLEPPER, designer C’est son père qui lui a appris le métier dans son atelier, où il a travaillé pendant 17 ans. Selon les périodes, les activités variaient ; ils proposaient plusieurs services : le mobilier, les paniers pour les cadeaux, de la menuiserie portes et fenêtres… à l’époque il n’y avait pas vraiment de spécialisation, ils possédaient donc toutes les machines dans leur atelier. Il a par ailleurs appris la technique du tressage en osier chez l’ami de son père à l’âge de 20 ans pendant un an et demi, puis il a développé cette activité, dans l’atelier de son père.